Yukiko Nakamura est née au Japon. Danseuse depuis son plus jeune âge, elle s’oriente vers la danse contemporaine, en suivant aux Etats-Unis les cours de la Joffry Ballet School et du José Limon Dance Institut.
Lorsqu’elle s’établit en France, elle découvre le théâtre, prend part à des expériences d’improvisation collective et reçoit l’enseignement d’un maître du Butô, Masaki Iwana.
Soizic Lebrat est une violoncelliste bretonne qui élargit sa formation classique par la pratique de l’improvisation et de la création expérimentale.
Ces deux artistes aux vocations voisines se retrouvent autour d’un même projet « Ne me réveillez-pas » qui célèbre l’art de l’instant.
Ce duo se déploie dans des lieux les moins attendus, interceptant les aléas du réel environnant pour les intégrer à leur performance : vent, chant d’oiseaux, paroles de passants. La danse de Yukiko, ancrée dans le présent et nourrie de l’art du butô, dépouillé, lent et profond, rejoint la partition de la musicienne, une musique spectrale qui laisse résonner les sons très longtemps.
« Elles ont en commun une certaine perception du temps qui passe, des moments très étirés, très longs, un temps qui laisse son empreinte » reconnaît un proche de Yukiko.
Au-delà de sa force méditative, ce duo entend multiplier les connexions entre les corps des artistes, ceux du public et l’espace de jeu.

Avec « Ne me réveillez pas », je veux résoudre l’énigme du pourquoi je me trouvais soudainement et sans raison à danser en rond avec mes amis, quand j’étais enfant. Qu’est-ce que ça veut dire d’avoir ce sentiment de joie, le sang agité, le coeur excité ?
En remontant l’histoire de cette danse essentielle, cette danse de vie, cette danse archaïque vieille de 200 000 ans (le butô), j’ai eu envie de connaître la danse avant qu’elle ne soit devenue un art. » Yukiko Nakamura