Depuis ses origines, Più di Voce s’attache à proposer des spectacles de qualité autour de l’opéra et de l’opérette en milieu rural. Le principe du festival Piu di Voce repose sur une mise en relation fructueuse entre des artistes confirmés et jeunes talents autour d’un programme différent chaque année. En 2018, l’œuvre abordée sera Les contes d’Hofmann d’Offenbach. Afin d’en proposer une version réduite et mobile, le parti-pris scénique consiste à faire parler un narrateur incarnant le librettiste dont le récit est  illustré d’extraits musicaux interprétés par les chanteurs confirmés dans les rôles principaux et  les jeunes chanteurs dans les second rôles et chœurs, tous étant accompagnés au piano par Jean-François Boyer, pianiste et directeur musical du festival.La mise en place d’une Master Class et d’un Stage d’opéra en 2017 avec un maître chinois, a conduit Più di voce à aller plus loin en créant une Académie de Chant Lyrique qui sera ouverte à vingt-quatre jeunes chanteurs pour moitié français et chinois, afin de fédérer un véritable échange culturel.
Cette académie fonctionnera du 22 juillet au 1er août et permettra aux stagiaires de participer activement au spectacle d’Offenbach. Ce spectacle, très alerte, qui s’adresse à un large public, sera mis en scène et joué en costumes.

 

 

 

 

Pianiste, percussionniste et compositeur cubain né à Camagüey en 1965, le jeune Omar a étudié très jeune les percussions puis le piano, au sein de l'École Nationale de Musique de La Havane, avant d'entrer à l'Institut Supérieur d'Art.
A Cuba, il se forme auprès de Vicente Feliu et Xiomara Laugart avant d'aller vivre en Équateur, puis à San Francisco et à Barcelone.
Musicien migrateur, il ébauche autour de son jeu au piano une musique actuelle, métissée de rythmes et mélodies puisés sur le
chemin du peuple noir, insérant dans sa musique des influences provenant de l'Afrique, des Caraïbes ou d'Amérique du sud. Une musique élévatrice qui ne perd jamais le sens du groove dans le
jazz le plus contemporain. Disque après disque, Omar Sosa s'est construit une identité hors norme.
Sur scène, il est un artiste très charismatique qui séduit par son jeu dynamique, sa créativité, sa générosité, incitant le public à se lever et à participer, faisant de ses concerts de rares moments de spontanéité et de communion.
S’il aime explorer et partager l’aventure avec ses pairs - il signe ses deux derniers albums avec Paolo Fresu et Seckou Keïta - il chemine volontiers en solitaire, se laissant aller à de longues  méditations, à des effusions parfois
excentriques, n’hésitant pas à faire des incursions percussives à l’intérieur du piano et à user d’effets électroniques.
Entre jazz et world, Omar Sosa invente un jazz à l’horizon très ouvert, une musique magnifique, toujours en mouvement, qui sonne comme une langue universelle.

Rue de la Muette Duo
Voilà plus de 15 ans que le groupe perdure dans le paysage musical français. La présence vocale de son auteur, compositeur et interprète Patrick Ochs, a contribué à sa notoriété. Entre chants d'amour désespérés et coups de gueule, ce révolté, écorché vif à la voix grave et chaude, entraîne le public au son d'un accordéon rock, d'une clarinette tzigane et d'une guitare manouche. Mais c'est surtout grâce au mélange de textes désenchantés et d'ambiances festives que le groupe aborde toutes les musiques et les nuances.
Le groupe périgourdin vient de sortir un 6ème album Ombres chinoises.

Tiou est un chanteur né. Un vrai poète. Il est un de ces monuments en devenir de la chanson à textes (et à Musique) d'aujourd'hui. Il est accompagné au clavier par Xavier Duprat.

Thomas Bonvalet alias L'Ocelle Mare
Thomas Bonvalet est un musicien autodidacte multi-instrumentiste. Bassiste puis guitariste au sein du groupe Cheval de frise (1998-2004), il se détourne peu à peu de ce dernier instrument en intégrant la podorythmie, diverses percussions et éléments mécaniques, instruments à vent, objets détournés ainsi qu’un dispositif d’amplification. Ce sont les nécessités de son projet solo ‘L’ocelle mare‘, initié en 2005, qui guident l’élaboration de cet instrumentarium composite, rustique et paradoxalement sophistiqué : piano, banjo basse six cordes, métronome mécanique, diapasons, claves, frappements de pieds et de mains, mini-amplificateurs, amplificateurs, subwoofer, micros, petite table de mixage, cloches, fragments d’orgue à bouche, concertina, componiums, « stringin it », audio ducker, peau de tambour, moteurs à ressorts… Incontestablement, Thomas Bonvalet dit l’Ocelle Mare est peut-être l’un des derniers artistes à produire aujourd’hui une musique authentiquement neuve et « inouïe »,
toute dévolue à l’incessante polyphonie du monde physique, du monde mental, du monde nerveux. Ses disques ne ressemblent à RIEN de connu et ses concerts, d’une intensité bouleversante, sont capables de changer votre vision de la musique à tout jamais, on n’exagère pas.

Eric Chenaux
Véritable troubadour post moderne, Eric Chenaux a déjà publié sur le label Constellation depuis 2006 cinq albums solos dans lesquels l’agilité de son jeu de guitare s’allie à la pureté presque lyrique de son chant. Remarqué à ses débuts pour sa réécriture ingénieuse du folk traditionnel, ses chansons ont évolué au fil des années en une forme de ballade originale dont les improvisations à la guitare électrique et classique font toute la singularité. Il développe au cours de multiples expérimentations un arsenal de techniques sonores sur des enceintes miniatures, et des micros contacts. Il concocte de façon artisanale diverses manières innovantes de transmettre le signal sonore, dont un système de balancement d’enceintes. Les compositions en solo d’Eric Chenaux, pour lesquelles il est certainement le plus connu, portent également la marque de ces différentes expériences et expérimentations. Il est par ailleurs régulièrement compositeur et interprète pour des musiques de films et de danse contemporaine.

Samedi 14 avril
MEYRALS

La chanteuse MelisSmell prend la route en duo, accompagnée de Matu (Indochine, Mano Solo). Des chansons profondes et fortes sur le dos de l’animal indomptable qu’est le rock contestataire des origines.
Wallace, le cofondateur du groupe « Les Hurlements d’Léo » revient avec de la chanson française aux couleurs sonores inimitables, faite de rage, de tendresse, au son d'un violon,
de guitares manouches et de synthétiseurs.




Déroulement de la soirée de samedi

19h30 : repas en présence de producteurs locaux

20h30 : interprétation de deux chants occitan par chaque chorale présente.

21h30 : Concert du groupe des vallées Occitanes d'Italie "L'ESCABÒT"

23h00  MOIZ'BAT
Groupe de musique "groove trad évolutif", c'est dans le champ des musiques traditionnelles du Périgord et d’Occitanie que Moiz'Bat cultive et explore les sonorités puissantes, les alliances acoustiques et improvisations vocal-instrumentales.
Mêlant traditionnel et contemporain, musiques primitive et savante, chant et danse, l'expression musicale du groupe est à la fois enracinée, hypnotique, métissée et ré-inventée.
Entre leurs mains, batterie, sax, accordéon diatonique, contrebasse, cornemuse donnent envie de "boleguer" et de se laisser pousser les oreilles !

Avec Alain Josue (Batterie), Paul Motteau (contrebasse-sax), Thomas Fossaeert (cornemuse), Christophe Celérier (diato, guitare, chant)


Programmation :
- Dubkasm feat Afrikan Simba (UK)
- Moa Anbessa (IT)
- Dawa Hifi Sound System (FR)

Dubkasm
Créé à Bristol en 1994 (période faste du dub anglais), Dubkasm s'impose aujourd'hui comme l'un des projets les plus aboutis de la scène dub underground actuelle. Dubkasm s'aventure sur des pistes encore inexplorées,
apportant de multiples influences et beaucoup d'inventivité à l'héritage roots et méditatif du reggae / dub.

Moa Anbessa
Collectif italien existant depuis 2001, ce soundsystem roots / dub reggae est devenu au fil des années une référence sur la scène européenne.

Dawa Hifi est un sound system originaire de Bourges actif depuis 2005.
Val et Ben concoctent un dub électronique qui puise ses racines dans l’Angleterre des années 90 sans renier les origines jamaïcaines des techniques de mixage.
Les effets vintage mêlés aux synthés plus modernes donnent une identité forte aux compositions du collectif qui s’affirme aujourd’hui comme un des fer de lance de la scène sound system dub française.
Ils ont enregistré trois albums sur différents labels comme Blackboard Jungle ou Digipirate ainsi qu’en autoproduction avec leur  tout nouveau label « Dawa Outernational »

Samedi 17 mars -  Montagrier - Salle des fêtes
Stage + Bal

En soirée
Bal animé par le groupe Le Plaque
Le Plaque puise son répertoire musical des territoires des Landes et du Béarn. De l'inspiration directe des collectes sonores, vers la construction d'une musique minimaliste, répétitive, toujours tournée vers l'énergie du bal et de la danse.

Musiciens :
Alexandre Seli : Violons, Pieds, Voix
Martin Lassouque : Cornemuses [Bohas], Voix, Violon
Jordan Tisnèr : Flûte à trois trous, Tambourin à Cordes, Voix
voir le site des artistes

 

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara.
Lou Casa relève le défi avec brio et en donne une lecture étonnante. Les chansons de « la Dame en noir », décédée il y a 18 ans, sont proposées avec des arrangements originaux.
Lou Casa est un collectif de musiciens formé il y a une dizaine d’années autour de Marc Casa (écriture, chant, direction).
Composé de 3 à 10 musiciens, ce groupe navigue entre chansons à texte et musiques improvisées, bercé par des influences jazz et musiques du monde.
Marc Casa happe les mots légers comme une dentelle ciselée de grave, les choie, les susurre, les chuchote, les distille. Les vers semblent ne pas toucher terre, ne pas en avoir le temps. Il y a dans la voix de Marc Casa la même fragilité que dans celle de Barbara,
comme d’identiques fêlures, le même mystère, une comparable magie...

Musicien basque, Kristof Hiriart insuffle à la Compagnie Lagunarte sa passion pour la création sonore,la tradition et l’improvisation, s’intéressant aux cultures musicales les plus diverses.
Inventif, il est à l’affût de tout ce qui nous surprend, nous trouble, nous émeut. MOKOFINA est un moment de plaisir, de jeu, d’exploration, d’imitation, d’expression, où la bouche devient l’instrument de musique le plus drôle, le plus varié, le plus précis, le plus accessible…
Au plus près du public, Kristof Hiriart expérimente le champ des possibles sonores de la bouche, avec ou sans accessoire et nous donne à partager une expérience sensorielle inédite.