Dans cette proposition artistique singulière, Jean-François Vrod à la fois violoniste, conteur et parleur propose une version contemporaine de la veillée traditionnelle.
Seul avec son violon, il convie ses hôtes à partager avec lui quelques réflexions sur la musique, le violon, et le monde qui nous entoure. Il raconte comment à travers son instrument, il a découvert la tradition populaire, l’oralité, l’improvisation.
Sa besace remplie de mélodies du répertoire traditionnel,  de pièces composées, de processus d’improvisation, de morceaux choisis de littérature orale, et de textes de sa plume, il se saisit du lieu où il est pour composer avec toute cette matière en jouant, parlant ou racontant.
Entre la veillée et la performance musicale contemporaine, il tente de mettre en jeu l’expérience d’un partage de l’art vivant dans les lieux qui l’accueillent.

Originaires du Minervois, les quatre voix féminines de La Mal Coiffée réinventent un chant polyphonique où la poésie et la langue occitane sont indissociables de l’expression populaire.  Ancrée dans la modernité, leur musique fait résonner le timbre profond et chaleureux du Languedoc soutenu par un puissant jeu rythmique. La langue occitane sonne vive et drue dans leurs bouches qui voudraient bien se transformer en gueules de lionnes, pour les besoins de leur nouveau spectacle …E los leons, transformé pour le jeune public en Leona. Librement inspiré de l’ouvrage Diotime et les lions, d'Henri Bauchau mis en paroles et musique par Laurent Cavalié, ce récit chanté raconte l’épopée d’une jeune fille dont les lointains ancêtres étaient des lions. Les voix et percussions de La Mal Coiffée sculptent une musique qui porte le récit conté en français par l’une des chanteuses, Marie Coumes.

 

 

Spectacle proposé dans le cadre du programme Tandems : la culture par et pour les séniors

Monique Burg, conteuse très attachée au Périgord de son enfance et à ses racines occitanes, a parcouru des kilomètres pour récolter, à domicile, les précieux témoignages de femmes et d’hommes, à la croisée de leur histoire locale et de la Grande Histoire. Dans Finissez d’entrer !, elle met en scène ces paroles, porteuses d'une mémoire collective.

Elles étaient une fois - Muriel Block
La conteuse Muriel Bloch propose pour cette soirée unique des contes populaires pour voyager au pays des filles et des femmes.
En compagnie du musicien João Mota (guitare, chant et percussions)

Elle est mon genre - Alberto Garcia Sanchez
Véritable bijou de finesse, d’humour et de virtuosité verbale, ce spectacle d'Alberto Garcia Sanchez nous parle avec justesse et émotion de la réalité du vécu des femmes dans notre société.

Avec la verve qu'on lui connaît, Daniel L'Homond conte ici le périple d'un homme, Pompouquet, qui croit s'offrir de simples vacances mais qui se trouve embarqué dans une quête existentielle.
Le conteur chamboule allègrement les époques, carambole les intrigues, rebondit du Japon à l'Espagne, des Tropiques à l'Angleterre.
Entre profondeur et légèreté, il nous offre un récit fantaisiste ponctué d'airs d'accordéon.
Pampeligosse se veut tout à la fois questionnant et rafraîchissant .

À Saint-Jean-des-Oies, une bourgade imaginaire de Vendée, c’est l’heure de l’apéritif chez Gérard Airaudeau. En veine de confidences, le voilà qui retrace son parcours d’ouvrier en milieu rural et d’autres histoires vécues par ses proches, voisins et collègues. Face à lui, Aman, un réfugié érythréen accueilli depuis peu, se demande, comme le lecteur, jusqu’où vont le mener ces digressions tragicomiques… et surtout quand vont arriver les autres convives de ce banquet organisé pour permettre à Marianne, la députée locale, de rencontrer enfin des «vrais gens». (Ed. Gallimard)
Adaptée d’une histoire vraie collectée par François Beaune, Gérard Potier conte le récit dur et drôle d’un ouvrier bien de chez nous !
C’est le portrait de ce vrai Gérard – un ouvrier d’abattoir, fils de restaurateurs, marié à une îlaise – incarné par un autre Gérard du même âge, qui s’est fait comédien, conteur, et qui se permet d’emprunter ses habits et sa voix.
Pour la forme et les influences, ce seul-en-scène d’ambiance prolétaire, terrien, local et universel, se veut être « un spectacle drôle et dur, noir d’espoir », modeste somme d’une parole bien campée, déviante, cinglante, et ainsi vivante.
En interprétant cet ouvrier, Gérard Potier donne ainsi corps à une oralité politique dont les mots drôles et durs résonnent bien au-delà de la satire sociale.

FLASH INFO

Au temps des hérétiques
Nouvelle conférence proposée par Jean-François Gareyte, médiateur à l'Agence culturelle départementale.

5ème Rencontre interprofessionnelle Culture et Justice
les 21 avril à Mauzac et 6 mai à Monbazillac et Bergerac, 5ème Rencontre entre personnels pénitentiaires et acteurs culturels du département. Date limite d'inscription : le 16 mars 2020.