Samedi 14 avril
MEYRALS

La chanteuse MelisSmell prend la route en duo, accompagnée de Matu (Indochine, Mano Solo). Des chansons profondes et fortes sur le dos de l’animal indomptable qu’est le rock contestataire des origines.
Wallace, le cofondateur du groupe « Les Hurlements d’Léo » revient avec de la chanson française aux couleurs sonores inimitables, faite de rage, de tendresse, au son d'un violon,
de guitares manouches et de synthétiseurs.




Déroulement de la soirée de samedi

19h30 : repas en présence de producteurs locaux

20h30 : interprétation de deux chants occitan par chaque chorale présente.

21h30 : Concert du groupe des vallées Occitanes d'Italie "L'ESCABÒT"

23h00  MOIZ'BAT
Groupe de musique "groove trad évolutif", c'est dans le champ des musiques traditionnelles du Périgord et d’Occitanie que Moiz'Bat cultive et explore les sonorités puissantes, les alliances acoustiques et improvisations vocal-instrumentales.
Mêlant traditionnel et contemporain, musiques primitive et savante, chant et danse, l'expression musicale du groupe est à la fois enracinée, hypnotique, métissée et ré-inventée.
Entre leurs mains, batterie, sax, accordéon diatonique, contrebasse, cornemuse donnent envie de "boleguer" et de se laisser pousser les oreilles !

Avec Alain Josue (Batterie), Paul Motteau (contrebasse-sax), Thomas Fossaeert (cornemuse), Christophe Celérier (diato, guitare, chant)


Programmation :
- Dubkasm feat Afrikan Simba (UK)
- Moa Anbessa (IT)
- Dawa Hifi Sound System (FR)

Dubkasm
Créé à Bristol en 1994 (période faste du dub anglais), Dubkasm s'impose aujourd'hui comme l'un des projets les plus aboutis de la scène dub underground actuelle. Dubkasm s'aventure sur des pistes encore inexplorées,
apportant de multiples influences et beaucoup d'inventivité à l'héritage roots et méditatif du reggae / dub.

Moa Anbessa
Collectif italien existant depuis 2001, ce soundsystem roots / dub reggae est devenu au fil des années une référence sur la scène européenne.

Dawa Hifi est un sound system originaire de Bourges actif depuis 2005.
Val et Ben concoctent un dub électronique qui puise ses racines dans l’Angleterre des années 90 sans renier les origines jamaïcaines des techniques de mixage.
Les effets vintage mêlés aux synthés plus modernes donnent une identité forte aux compositions du collectif qui s’affirme aujourd’hui comme un des fer de lance de la scène sound system dub française.
Ils ont enregistré trois albums sur différents labels comme Blackboard Jungle ou Digipirate ainsi qu’en autoproduction avec leur  tout nouveau label « Dawa Outernational »

Samedi 17 mars -  Montagrier - Salle des fêtes
Stage + Bal

En soirée
Bal animé par le groupe Le Plaque
Le Plaque puise son répertoire musical des territoires des Landes et du Béarn. De l'inspiration directe des collectes sonores, vers la construction d'une musique minimaliste, répétitive, toujours tournée vers l'énergie du bal et de la danse.

Musiciens :
Alexandre Seli : Violons, Pieds, Voix
Martin Lassouque : Cornemuses [Bohas], Voix, Violon
Jordan Tisnèr : Flûte à trois trous, Tambourin à Cordes, Voix
voir le site des artistes

 

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara.
Lou Casa relève le défi avec brio et en donne une lecture étonnante. Les chansons de « la Dame en noir », décédée il y a 18 ans, sont proposées avec des arrangements originaux.
Lou Casa est un collectif de musiciens formé il y a une dizaine d’années autour de Marc Casa (écriture, chant, direction).
Composé de 3 à 10 musiciens, ce groupe navigue entre chansons à texte et musiques improvisées, bercé par des influences jazz et musiques du monde.
Marc Casa happe les mots légers comme une dentelle ciselée de grave, les choie, les susurre, les chuchote, les distille. Les vers semblent ne pas toucher terre, ne pas en avoir le temps. Il y a dans la voix de Marc Casa la même fragilité que dans celle de Barbara,
comme d’identiques fêlures, le même mystère, une comparable magie...

Musicien basque, Kristof Hiriart insuffle à la Compagnie Lagunarte sa passion pour la création sonore,la tradition et l’improvisation, s’intéressant aux cultures musicales les plus diverses.
Inventif, il est à l’affût de tout ce qui nous surprend, nous trouble, nous émeut. MOKOFINA est un moment de plaisir, de jeu, d’exploration, d’imitation, d’expression, où la bouche devient l’instrument de musique le plus drôle, le plus varié, le plus précis, le plus accessible…
Au plus près du public, Kristof Hiriart expérimente le champ des possibles sonores de la bouche, avec ou sans accessoire et nous donne à partager une expérience sensorielle inédite.

Le pianiste Pierre-François Blanchard et la chanteuse Marion Rampal se sont croisés lors de workshops de Linda Wise, membre actif du Roy Hart Théâtre. Pas étonnant qu’ils en aient gardé le goût de l’aventure, de la liberté d’improvisation, et déploient une force d’expression qui va chercher au plus profond de leurs ressources intimes. Ils ont également en commun la passion du  jazz et de la langue française. Leur duo, Lost Art song, n’a rien de conventionnel et se plaît à faire sauter les frontières entre les genres. Son répertoire puise dans la mélodie française de Debussy, Fauré et Satie, emprunte à  Brigitte Fontaine, fait un détour par le Joséphine Baker, ressuscite Colette Magny et Corinne Marchand ou revisite des chants du Mississipi. Une odyssée singulière dans l’univers de la voix peuplé de pépites et de surprises étonnantes.

 

Un matin sur un vide grenier, deux curieux brocanteurs tentent de se débarrasser du bazar de la maison familiale. Ces vendeurs hors-pair cherchent acheteurs pour leur multitude d'objets fantasques et farfelus. Ils présentent, ils commentent, ils actionnent les trésors d'inventions confectionnés à l'aide d'objets du quotidien
et de matériaux de récupération.
Au fil du spectacle, les objets se transforment en instruments, les camelots en chefs d'orchestres et ce grand déballage forme bientôt un conservatoire imaginaire aux sonorités surprenantes et variées.
Poésie, sonate mécanique et autre ciné-concert au format super 8 seront ainsi proposés au public surpris de découvrir en ces brocanteurs de véritables virtuoses.

Trois femmes, trois voix, ancrées, timbrées, touchantes, aux percussions sonnantes et trébuchantes. Avec Toulouse comme point de rencontre, le trio chante haut et fort cette langue occitane du quotidien, véritable terrain de jeu vocal.
Mains et pieds claquent les rythmes de la danse. Les tambourins à cordes pyrénéens installent le bourdon percussif, brut et enveloppant, apportant au chant une pulsation vitale.
Forte de son ancrage, Cocanha chante une musique indigène dans la continuité de la création populaire. Elles font le pari d’explorer les variantes dialectales occitanes, poétiques et savoureuses.
Nourries par la transmission orale et des années de pratique, elles arrangent les mélodies et changent les paroles à leur guise, façonnant un répertoire qui leur ressemble.

Page 5 sur 5

FLASH INFO

Un mardi, une œuvre

Chaque mardi à 16h45 à l'Espace culturel François Mitterrand, en lien avec le programme d’exposition, des ateliers arts visuels de 45 minutes sont proposés aux enfants à partir de 5 ans

Au temps des hérétiques

Nouvelle conférence proposée par Jean-François Gareyte, médiateur à l'Agence culturelle

Appel d'offre / marché à procédure adaptée

Souscription d'un contrat d'assurance
Offres à envoyer avant le 15 novembre à 12h
Télécharger le cahier des charges