Le travail de Simon Nicaise se développe dans les champs de la sculpture et de la performance. Il affectionne particulièrement les objets du quotidien qu’il transforme à l’aide des outils et matériaux de l’artisan. Il se plaît à les détourner par des associations improbables créant des sculptures singulières animées d’une robotique malicieuse. Avec humour et poésie, ses oeuvres portent l’empreinte du temps qu’il cherche à ralentir ou à accélérer. La figure du maître - de l’artisan à l’ingénieur - est régulièrement convoquée dans son travail, savoir-faire et transmission étant indissociables pour lui.
En itinérance tel un compagnon du devoir, l’artiste fera étape à Sarlat pour poursuivre un « Tour de France » démarré lors d’une résidence en 2018 à Nancy. A Sarlat, comme à chacune des étapes de ce périple, il  étudiera les savoir-faire traditionnels et contemporains locaux pour se les approprier et les transposer dans des créations personnelles. Ces techniques mettront au banc d’essai des objets, des matériaux et des outils divers de façon à tester leur charge émotionnelle. Accidents et poésie y seront introduits, rendant fragiles des éléments résistants ou permanents ceux qui a priori sont éphémères.
En tant que membre du comité de rédaction d’une webradio d'un nouveau genre (DUUU) qui fait alterner conversations, feuilletons, pièces sonores et lectures, Simon Nicaise envisage de réaliser à Sarlat une série radiophonique sur la "main cachée" des artisans.

Enthousiaste à l’idée d’échanger avec les sarladais, il les invite de mars à mai à venir dans son atelier situé au coeur de la cité et propose la projection d’un film faisant écho à sa démarche en partenariat avec le cinéma Le Rex.

Quelques repères
Né en 1982, Simon Nicaise vit et travaille à Paris. Il est diplômé de l'Ecole des Beaux-Arts de Rouen. Prix de la Jeune Création en 2009 et Prix Science Po pour l'art contemporain en 2011, il a intégré les collections publiques du Centre National d'Arts Plastiques et du FRAC Haute Normandie.
Site de l'artiste

 

 

La compagnie Dromosphère mène depuis 2013 des actions artistiques impliquant les jeunes dans un processus intitulé « Ceux qui marchent – Itinérance de la jeunesse ».
Gianni Grégory Fornet, directeur artistique de la compagnie Dromosphère et le vidéaste João Garcia sont allés à la rencontre de jeunes accompagnés par la Mission Locale du Ribéracois Vallée-de-l’Isle.
Ils ont réalisé des portraits filmés de ces jeunes à partir de témoignages et de prises de parole publiques. Le jeu et la démarche collective devaient valoriser la parole pour aboutir à un travail artistique renforçant la cohésion du groupe.
Une diffusion ouverte au public est prévue jeudi 11 avril en journée au Cinéma Max Linder de Ribérac.

Par ailleurs, la compagnie travaille avec un groupe de théâtre amateur soutenu par la Communauté de communes du Pays Ribéracois.
Auprès de 7 jeunes comédiens, elle intervient 4 fois pour des sessions de travail de 5 heures chacune. La restitution de ce travail est prévue samedi 25 mai 2019 dans le cadre de l’évènement familial Festi’Drôle.